La fonction financière dans une startup : quel dispositif à quelle étape ?

La fonction financière dans une startup : quel dispositif à quelle étape ?

La fonction financière dans une startup : quel dispositif à quelle étape ? 3200 2133 Initium by Exponens

Par nature il faut prévoir un dispositif adapté à chaque palier. On peut ainsi distinguer plusieurs étapes.

Le démarrage de la startup

Une startup est souvent lancée par un ou deux fondateurs avec peu de moyens. Pour gérer au mieux cette phase dite de bootstrapping, tous les fonds disponibles sont attribués à des fonctions indispensables. Ils pilotent leurs dépenses et la trésorerie sur la base d’outils très simples, via Excel et les relevés bancaires. Assez rapidement, les fondateurs de la startup vont devoir produire leurs comptes, les premiers bulletins de paie, voire certaines déclarations fiscales (impôt sur la société, TVA, etc.). Le plus souvent, ces tâches sont confiées à un expert-comptable compatible avec leur budget, ou à des solutions digitales proposées par les cabinets.

Au fil des mois, ils pourront recruter une assistante administrative qui sera multifonction et qui pourra assurer une partie de la saisie des factures et des autres pièces comptables.

La première levée de fonds

On suppose ici qu’il s’agit d’une levée de fonds conséquente, apportée par exemple par un fonds. Outre les phases de revues type due diligence, il est vraisemblable que la société doive développer un business plan permettant de valoriser la société et le besoin de financement, produire un info memo ou équivalent et s’engager à mettre en place une gouvernance et un suivi qui permette de suivre les dépenses et d’actualiser la valorisation.

Par ailleurs, il est probable que si la société atteint cette phase, elle commence à voir son activité croître.

L’appui d’un cabinet trop orienté expertise-comptable traditionnel peut trouver ses limites. Dans ce cas, la société devra souvent embaucher un responsable administratif et financier qui permettra d’internaliser une partie des tâches confiées à l’expert-comptable et de construire son business plan avec ou sans un appui externe. En effet, ce dernier doit intégrer une certaine technicité pour produire les agrégats financiers attendus (EBITDA, DCF pour valeur d’entreprise, etc.).

La première phase de croissance

On suppose une phase de croissance organique portée principalement par une entité.

Cela va être l’étape de maturation avec le développement d’un premier suivi de gestion et d’indicateurs financiers pour le management, le suivi et l’actualisation du business plan, la mise en place de budgets portés par les responsables d’activité. Au vu du volume croissant de pièces comptables à traiter, il peut être intéressant d’internaliser en recrutant des comptables.

Si la taille est encore modeste, la direction financière pourra impliquer un responsable financier qui pilotera la production des comptes et le reporting financier (avec la question du recrutement ou non d’un contrôleur de gestion) et qui s’appuiera sur une équipe gérant la comptabilité, les paiements voire les paies et les déclarations fiscales (sur ce dernier aspect un arbitrage sera de continuer à déléguer ou non cette partie).

La direction financière sera aussi amenée à piloter le renforcement des financements (subventions, prêts bancaires,…) et à gérer la relation avec les commissaires aux comptes, une fois les seuils réglementaires franchis.

La deuxième phase de croissance

S’il y a poursuite du développement, la croissance peut se baser sur la multiplication des entités, sur des acquisitions d’autres sociétés, sur un développement à l’international.

Le volume augmentant, l’équipe financière va devoir s’étoffer et il pourra être décidé des créations de poste (par exemple de contrôle de gestion), si elles n’avaient pas été actées lors de la phase précédente.

Il va y avoir besoin de certaines compétences supplémentaires, qui pourront rester externalisées ou non (arbitrage impliquant l’optimisation des coûts et l’intérêt d’internaliser la compétence) :

  • La consolidation : si le groupe a plusieurs entités, il y a un besoin de développer une vision consolidée, qui requiert alors la mise en place d’un outil spécifique et le recrutement ou le recours à un expert.
  • La gestion des acquisitions : il faut alors faire conduire des due diligences et piloter l’accord avec le vendeur. Cela est souvent pris en charge par les dirigeants ou le RAF/DAF, avant que ne soit créée une fonction M&A si jugée pertinente.
  • Les langues étrangères : l’équipe initiale peut avoir une maîtrise limitée notamment de l’anglais et le développement à l’international requiert souvent de combler ces lacunes.
  • L’adoption des IFRS : les transactions, les financements, la préparation d’une perspective de mise en bourse peuvent amener le groupe à changer de référentiel comptable et adopter les normes internationales comptables. Cela nécessitera alors un appui.

En cas de croissance forte, cela peut passer par une mise en bourse et l’appel public au marché et donc par la production de documents réglementés très précis (prospectus, documents de référence,…). A ce stade il y a des chances que le groupe dispose d’une direction financière complète avec différents départements (contrôle de gestion, consolidation, financement, comptabilité,…).

Mes recommandations

À chaque phase correspond un dispositif interne approprié. La capacité d’anticipation peut être limitée (notamment du fait d’un manque de moyens financiers dans la phase de démarrage). Cependant il peut être intéressant de disposer d’un conseil financier en continu capable d’accompagner le groupe de la levée de fonds jusqu’aux phases ultimes de croissance. Par expérience, cela permet d’introduire un minimum d’anticipation et de gérer donc au mieux les différentes phases. Cela permet aussi de construire une relation de confiance entre le groupe et son conseil, précieuse lors des phases critiques du développement.

Matthias Collot

Rédigé par Matthias Collot

Matthias accompagne des startups à forte visibilité et des grands groupes technologiques dans des domaines en forte croissance.

Les plus d’Initium by Exponens

Fort de notre accompagnement auprès de startups reconnues, nous serons à-même de vous assister dans votre projet, de le sécuriser sur ses aspects comptables, juridiques, financiers et fiscaux. Nous intervenons auprès d’incubateurs afin d’apporter nos compétences aux jeunes startuppers.