Le monde des startups est-il dans une bulle ?

Le monde des startups est-il dans une bulle ?

Le monde des startups est-il dans une bulle ? 1920 1278 Initium by Exponens

Une chose est sûre : depuis quelques années, les start-ups ont le vent en poupe ! Certains parlent même de « bulle ». Selon une étude du fonds d’investissement First Round sur la vie des start-ups menée auprès de 869 dirigeants, 44 % d’entre eux pensent qu’il ne s’agit pas d’une bulle, 33 % considèrent que nous sommes dans une bulle mais que l’explosion n’est pas pour tout de suite, et 23 % pensent que cette explosion est pour bientôt.

Le déficit de croissance que l’on constate au niveau national n’empêche pas de nombreuses entreprises françaises de réaliser des scores flatteurs de progression en chiffre d’affaires et en emplois sur plusieurs années. La France place une centaine de start-ups dans le palmarès des Fast 500 de Deloitte qui couvre l’ensemble de l’Europe, loin devant le Royaume-Uni (70) ou l’Allemagne (20). Nul besoin d’être sur le secteur high-tech ou les énergies renouvelables pour faire partie des pépites, il existe une grande variété de domaines où de belles aventures ont vu le jour : beaucoup sont dans des secteurs traditionnels tels que l’alimentation, la distribution, la finance, la confection, ou encore la cosmétique. Parmi les champions français les plus connus, nous pouvons citer Criteo, Doctolib, Showroomprivé, Le Slip français, Big Fernand, Theano Advisors, Comme J’aime ; tous ont connu une croissance vertigineuse au cours des dernières années. Si faire partie d’un incubateur est loin d’être la condition sine qua non pour réussir son lancement, cela permet souvent de découvrir des facteurs clés de succès de sa réussite, ou a minima les écueils à éviter.

Le véritable défi de toutes ces entreprises ? Durer. Chaque année plusieurs centaines de milliers de start-ups voient le jour, un sixième d’entre elles existent seulement dix ans après leur création, quelques centaines ont franchi le seuil des 15 millions d’euros de chiffre d’affaires, et la part des entreprises de moins de 10 salariés est bien plus élevée en France qu’aux Etats-Unis ou en Allemagne. Le problème est qu’une majorité s’arrête très brusquement de grandir à partir d’une certaine taille, bien que notre pays soit le premier marché européen en nombre d’ouvertures du capital à des fonds d’investissement. Les fonds d’amorçage et de capital-risque se multiplient alors qu’il y a encore peu de temps, les fonds d’investissements préféraient rejoindre des start-ups plus matures lors d’un second tour de table. Bulle ou pas, il y a de quoi donner bon espoir à chaque entrepreneur qui a une bonne idée…

Les plus d’Initium by Exponens

Fort de notre accompagnement auprès de startups reconnues, nous serons à-même de vous assister dans votre projet, de le sécuriser sur ses aspects comptables, juridiques, financiers et fiscaux. Nous intervenons auprès d’incubateurs afin d’apporter nos compétences aux jeunes startuppers.